spacer
Patients
Traitements
  
 
A propos de nous
Patients
Structure articulaire normale   
Votre sport   
Types de lésions   
Lésions de l'épaule   
Lésions du coude   
Lésions du genou   
Lésions de la cheville   
Douleurs du dos   
Traitements   
Témoignages   
Études de cas   
Style de vie & Wellness   
Foire aux questions   
Glossaire   
Liens   


Accueil >> Patients >> Traitements >> Chirurgical >> Arthroscopie du genou



Chirurgical

Par le docteur Frédéric BORRIONE, Marseille, France

Arthroscopie du genou

Qu’est-ce qu’une arthroscopie du genou ?
La technique de l’arthroscopie du genou associe deux avantages :

  • diagnostique, par la visualisation des ménisques, des ligaments croisés, du cartilage et de la synoviale ;
  • thérapeutique, puisque la plupart des lésions intra-articulaires peuvent être traitées sous arthroscopie.

Cette technique chirurgicale est réalisée au bloc opératoire dans une salle réservée à la chirurgie orthopédique. Les conditions d'asepsie les plus rigoureuses y sont réalisées.
L’arthroscopie du genou est effectuée sous anesthésie générale ou locorégionale.
Une anesthésie complète du membre inférieur est nécessaire au bon déroulement de l'opération.
Deux points d’entrée sont nécessaires, un de chaque coté du tendon rotulien. Ceux-ci seront refermés à l’issue de l’intervention par un point de suture ou par un stéristrip.
L’intérieur du genou est filmé et retransmis par vidéo sur un moniteur vidéo couleur. Des photographies sont prises aux moments clés de l’arthroscopie. Sous contrôle vidéo, les instruments permettent la palpation, l’examen, la réparation ou le retrait de certains éléments intra-articulaires du genou.

  • Les ménisques seront régularisés ou enlevés partiellement
  • Le cartilage peut être poncé et reprendre un aspect plus lisse,
  • Les ligaments croisés seront examinés et palpés,
  • Certains corps étrangers peuvent être aisément enlevés,
  • Enfin, la synoviale peut être prélevée pour nettoyage ou analyse histologique.

Des interventions plus complexes peuvent être réalisées sous arthroscopie telles que les ligamentoplasties du croisé antérieur et postérieur, les sutures méniscales, les greffes de cartilage et les ostéosynthèses de certaines fractures articulaires du tibia.

           

           

Image en haut à gauche :
1 – Ménisque interne ; 2 – Condyle fémoral interne ; 3 – Plateau tibial interne
Image en haut à droite :
LCA – ligament croisé antérieur
Image en bas à gauche :
4 – Ménisque externe ; 5 – Condyle fémoral externe ; 6 – Plateau tibial externe
Image en bas à droite :
7- Cartilage rotulien ; 8 – Trochlée fémorale

Parfois, mais cela reste rare, il faut convertir l'arthroscopie en chirurgie à ciel ouvert. L’intervention prend alors la tournure d’une chirurgie conventionnelle avec large ouverture cutanée et articulaire. Un drainage aspiratif et une hospitalisation en service de chirurgie seront la règle si l'on réalise cette conversion. Elle peut être motivée par la constatation d'une lésion particulière non-traitable sous arthroscopie. Le plus souvent on préfère arrêter l'intervention sous arthroscopie, réveiller le patient et discuter avec lui des différentes solutions chirurgicales à ciel ouvert.

     

Haut

Avant l’intervention
Vous devez avoir vu le médecin anesthésiste en consultation de pré-anesthésie au moins 48 heures avant l'acte chirurgical proprement dit.
Cette procédure est obligatoire et conditionne le remboursement de l'opération par la Sécurité Sociale.
La prise d’anticoagulants, d’aspirine ou de tout autre médicament est à signaler.
Vous devez vous munir de cannes anglaises même si le geste opératoire est de courte durée.
L'état cutané du genou devra être parfait, faute de quoi, l'arthroscopie sera repoussée.
Le matin de l’intervention, ne pas oublier de prendre un bain et de se laver soigneusement avec un savon antiseptique.
Prenez soin d’apporter avec vous vos radiographies, l’IRM et comptes rendus de scanner sur l’état de votre genou.
L'hospitalisation en service ambulatoire requiert les mêmes principes qu'en service de chirurgie.
Signalez au personnel toute mise en défaut de ce principe.
Il en va de votre santé.
Haut

L’anesthésie
Il existe plusieurs types d’anesthésies :

  • Anesthésie générale
  • Anesthésie loco-régionale par hémi-rachianesthésie, permettant d'obtenir l'anesthésie du membre opéré.

L'avantage est alors, pour vous, de pouvoir suivre sur la console vidéo, tout le déroulement de l'arthroscopie.
Dans tous les cas, les instructions de l’anesthésiste sont à suivre impérativement avant de quitter la clinique. Une période d’observation est toujours obligatoire, quelque soit le type de votre anesthésie.
Haut

Pendant l’arthroscopie
Vous serez allongé sur le dos, un garrot pneumatique sera serré autour de la cuisse afin d'éviter tout saignement per-opératoire.
L’arthroscopie se déroule sous circuit liquidien, l'articulation étant "lavée" tout le temps de l'intervention.
L’intervention dure de un quart d’heure à une heure.
Selon les cas, l’arthroscopie se termine par une infiltration locale d’anesthésique ou de corticoïde local.
Une attelle de genou amovible est posée selon les cas.
Haut

En salle de réveil
Le passage en salle de réveil est obligatoire, quelque soit l’anesthésie pratiquée. Votre surveillance sera alors assurée par une équipe distincte de celle du bloc opératoire, qui n'assure que le réveil et la surveillance post-anesthésique des patients. Ce personnel est spécialement formé pour le suivi de l'étape post-chirurgicale immédiate et agit en collaboration avec et sous contrôle de votre médecin anesthésiste.
En fonction des données recueillies par votre anesthésiste, vous retournerez en service de chirurgie ambulatoire. Toutefois, en cas de réveil difficile ou de douleurs trop importantes, une hospitalisation d'une ou deux nuits en service de chirurgie "hospitalisation" pourra être nécessaire.
Tout ceci ayant pour but d'améliorer votre confort et votre sécurité.
Haut

Après l’arthroscopie
Vous aurez un compte rendu opératoire manuscrit à la sortie de votre opération, un jeu de photos opératoires pourra être joint avec votre dossier le cas échéant, et une lettre à votre médecin traitant sera établie ainsi qu'une ordonnance d'antalgiques et parfois d'anticoagulants.
Si l’arthroscopie est réalisée uniquement dans un but d’exploration ou si l’intervention est bénigne (par exemple, résection méniscale, ablation d’un corps étranger) vous pourrez vous lever quelques heures seulement après l’intervention, une fois que l’effet de l’anesthésie dissipés et selon les consignes données au personnel soignant.
Prenez soin de garder avec votre dossier médical tous les documents remis après l'arthroscopie. Conservez ces documents dans un lieu sec et propre.
Haut

Complications
L’arthroscopie est un geste chirurgical. Les complications bien que rares existent et demandent un traitement spécifique.

ÉPANCHEMENT :

  • De liquide synovial: assez fréquent après 40 ans, surtout dans le cas d’une arthrose plus ou moins évoluée. Il nécessite l'application de glace, la prise d'anti-inflammatoire pendant quelques jours et une activité restreinte. Il peut mettre 3 à 4 semaines avant de se résorber.
  • De sang (hémarthrose) : du fait de l'absence de drainage habituel après l'arthroscopie, un hématome peut survenir. Il est parfois nécessaire de l'évacuer par une ponction.

INFECTION :
Très rare, dans à peu près 0,5 % des cas, elle nécessite en urgence un lavage et un drainage chirurgical de l’articulation. En  cas d’ infection évidente, ne prenez pas aveuglément des antibiotiques, appelez votre chirurgien en urgence.

ALGODYSTROPHIE :
D’origine réflexe, elle provoque une déminéralisation osseuse et une rétractation tissulaire. Elle se traduit par une période inflammatoire et douloureuse, puis évolue vers une raideur de l'articulation. Elle se traite par calcitonine IM de façon prolongée. Elle survient souvent en période de rééducation.

PHLÉBITE :
Sa fréquence est de 2%. Un caillot de sang obstrue une veine, le plus souvent au niveau du mollet. La prévention passe par une prise d’anticoagulant et un lever précoce. Une bande de contention pourra être nécessaire en cas de troubles circulatoires. Un examen doppler ainsi qu’une détection biologique d’une hypercoagulabilité seront effectués au moindre doute.

PLAIES VASCULO-NERVEUSES :
Quelques cas ont été décrits dans la littérature médicale internationale. Ces lésions nécessitent une intervention chirurgicale réparatrice, qui devient urgente en cas de lésions vasculaires.
Haut

Soins infirmiers

Aucun pansement n’est nécessaire.
Il faut veiller à conserver son bandage au sec.
L'ablation des points ou des stéristrips s'effectuera au 10ème jour.
Haut

Rééducation
La rééducation n'est pas systématique. Elle est réservée aux gestes arthroscopiques plus longs et difficiles, ou en cas de risques de récupération plus lente.
Si des cannes ont été prescrites, leur abandon se fera si la déambulation est correcte et physiologique après avis du kinésithérapeute et accord du chirurgien.
Haut

Arrêt de travail
Il dépend de votre activité professionnelle et de l’importance de l’intervention arthroscopique. La récupération excède rarement un mois mais tout est possible.
Haut

Après votre sortie de la clinique
Ne prenez jamais votre véhicule pour partir. Prévoyez toujours d’être accompagné. Il vous sera possible de marcher modérément et en charge, sauf spécification contraire. Si une attelle a été posée, elle doit être gardée jour et nuit, modérément serrée. Ne faites pas de garrot par serrage excessif. La durée de port de l’attelle sera précisée à votre médecin traitant, ainsi qu’à vous-même et votre entourage.
Si en cas d’amnésie passagère post-anesthésique, vous ne vous souvenez pas des consignes post-opératoires, veuillez contacter votre chirurgien ou votre médecin traitant.
Haut

en

Traitements
Non chirurgical   
Chirurgical   
Arthroscopie du genou -
Arthroscopie de la cheville -
Arthroscopie du coude -


Plan du site
Contact
Notice Légale
Privacy Statement
© Stryker, 2019