spacer
Patients
Études de cas
  
 
A propos de nous
Patients
Structure articulaire normale   
Votre sport   
Types de lésions   
Lésions de l'épaule   
Lésions du coude   
Lésions du genou   
Lésions de la cheville   
Douleurs du dos   
Traitements   
Témoignages   
Études de cas   
Style de vie & Wellness   
Foire aux questions   
Glossaire   
Liens   


Accueil >> Patients >> Études de cas >> Genou >> Déchirure méniscale



Déchirure méniscale

Étude de cas fournie par le docteur David Sweetnam FRCS (Ortho) diplômé de médecine du sport, Londres, Royaume-Uni. Le nom du patient a été modifié dans un souci de confidentialité.

Certaines lésions du genou au cours d’activités sportives nécessitent des soins médicaux urgents, comme le montre le cas ci-dessous.

Présentation

James, 26 ans, un joueur de basket semi-professionnel, a malheureusement ressenti, après un tir au panier au cours d’un entraînement, une douleur vive et soudaine au genou gauche alors qu’il retombait maladroitement au sol.

Immédiatement après avoir touché le sol, James a ressenti une douleur très vive sur le côté extérieur du genou gauche, qu’il ne pouvait plus étendre.

Il est sorti du terrain en boitant et a été examiné par l’entraîneur. Malgré les packs de glace appliqués, James éprouvait toujours des difficultés à marcher après la fin de l’entraînement, et il était toujours incapable d’étendre son genou.

L’entraîneur a soupçonné une blessure grave au genou et a conseillé à James de consulter le médecin orthopédiste du club.

Diagnostic

L’orthopédiste a suspecté un blocage du genou consécutif à une déchirure méniscale qui empêchait mécaniquement l’extension complète de l’articulation du genou. Un rendez-vous a été pris pour un examen d’IRM qui a confirmé le diagnostic.

L’IRM a confirmé les doutes du chirurgien et a révélé une déchirure du ménisque externe (latéral) en « anse de seau ». Ce type de lésion intervient lorsque le ménisque se balance comme l’anse d’un seau agitée de part en part.

Malheureusement les déchirures du ménisque en anse de seau sont considérées comme des urgences chirurgicales, car le genou ne peut pas être tendu tant que ce blocage mécanique existe.

Le chirurgien a alors décidé d’hospitaliser James le jour suivant en urgence pour qu’une intervention arthroscopique soit réalisée sur son genou bloqué.



Vue arthroscopique montrant la déchirure du ménisque externe en anse de seau.

Intervention chirurgicale

Le lendemain, à l’hôpital, James a été emmené au bloc opératoire et a subi une anesthésie générale.

Lorsque l’anesthésie a fait effet, une incision de 4 mm a été pratiquée sur la face antérieure du genou de James et un arthroscope a été introduit par l’ouverture (porte).

Le diagnostic de déchirure du cartilage externe est confirmé assez rapidement, et comme le chirurgien l’a prévu, le cartilage a été déchiré dans sa longueur et s’est retourné à l’intérieur de l’articulation de la même façon qu’un anse de seau retournée. Heureusement, la déchirure est assez proche du bord d’attache du cartilage sur la capsule articulaire du genou où la vascularisation est bonne, permettant au chirurgien de réparer le cartilage plutôt que de le retirer.

Afin de réparer la déchirure, le cartilage est replacé en position normale et la déchirure est contenue à l’aide d’une série de points de suture, effectués à partir d’une autre porte d’entrée devant le genou.

Cette technique a permis d’obtenir une bonne réparation du ménisque et le fragment de cartilage préalablement instable, semble à nouveau stable.

L‘examen du reste de l’articulation du genou pendant l’arthroscopie permet de constater que tous les ligaments sont intacts et que le ménisque interne n’a pas été touché.

Résultat

Afin de protéger la réparation immédiatement après l’intervention, James a reçu des béquilles et le médecin lui a recommandé de ne pas faire porter le poids du corps sur son genou pendant six semaines. Le port d’une orthèse empêchant l’extension complète et une flexion importante a également limitée la possibilité d’utilisation de son genou.

Deux semaines après l’opération, l’état de James s’améliore et ses plaies sont bien cicatrisées. Pour augmenter les chances de cicatrisation de la réparation, le kinésithérapeute encourage néanmoins James à éviter de porter le poids du corps sur sa jambe pendant quatre semaines supplémentaires.

Après cette période, il a pu de nouveau prendre appui sur sa jambe et il a continué la kinésithérapie pour retrouver une amplitude de mouvement complète.

James a repris ces activités sportives environ trois mois après son opération, et il a pu rejouer au basket-ball pour son club environ quatre mois après.

 

en

Études de cas
Genou   
Cartilage du genou -
Reconstruction du ligament croisé antérieur -
Déchirure méniscale -
Shoulder   


Plan du site
Contact
Notice Légale
Privacy Statement
© Stryker, 2019